Accéder au contenu principal

La confiance comme outil de base


Dans le domaine du changement, qu’il soit organisationnel, technique, métier ou culturel, il est indispensable de comprendre les collaborateurs afin de les accompagner au mieux dans leur transition. Comprendre l’autre : cette problématique étant partagée par un ensemble de professionnels (coachs, marketeurs, business developpers), BCC a souhaité les rencontrer pour partager leurs bonnes pratiques et mieux comprendre leurs fonctionnement. 

Notre premier épisode s’intéresse à Valérie, coach professionnel en entreprise.


1. Quel est ton objectif au quotidien avec les personnes coachées ? 

Dans mon métier de coach catalyseur de talents, mon seul objectif est d’emmener les clients là où ils ont envie d’aller, là où ils sentent parfois clairement ou parfois confusément qu’ils peuvent ou doivent aller. Sachant que s’ils pouvaient y aller seuls, ils ne feraient pas appel à moi ! Le principal travail consiste donc à questionner, pousser, encourager, challenger, voire confronter les clients pour les faire accéder à des ressources jusqu’alors inexploitées.


2. Comment amènes-tu les personnes à s’exprimer ? 

La condition sine qua non pour qu’une personne se dévoile, ou accepte de partir à la découverte d’elle-même, c’est la confiance. Mon job commence donc avec la création d’une relation de confiance, qui s’établit dans un premier temps à l’aide du cadre des séances (objectifs du coaching, lieu, rythme, durée) et l’engagement du respect de la confidentialité. Puis, au fil des entretiens ou des séances, l’écoute et l’accueil que j’offre au client approfondissent la confiance entre nous, et vont lui permettre une grande liberté d’expression. Il pourra ainsi partager des choses pas très avouables, ou qu’il n’aime pas trop voir en lui-même. Il s’agit avant tout de le laisser parler, avec une écoute et une présence attentives. De mon côté, m’abstenir de tout jugement de valeur, en particulier les critiques ou jugements négatifs, qui amèneraient le client à se refermer comme une huître. Alors je ne pourrais plus trouver la perle ! Le grand mot c’est l’accueil du client, comme il est, là où il est. Accueil inconditionnel.


3. Est-ce qu’il est essentiel pour toi lors de tes entretiens de disposer de l’information la plus exhaustive possible ? Pourquoi ? 

En fait pour aller au cœur d’une situation et utiliser le potentiel de transformation qu’elle recèle, je n’ai absolument pas besoin de tout savoir, de connaître les faits, les tenants et aboutissants, l’historique, les détails de la situation. Mais bien plutôt j’explore avec mon client les enjeux, les impacts, les émotions présents dans cette situation. Car c’est une condition indispensable au changement que de prendre conscience des croyances et des émotions sous-jacentes à nos actions, avant de pouvoir choisir d’en tester de nouvelles qui seront porteuses de changement. En effet, dans une large mesure il est inutile de faire répéter à quelqu’un ce qu’il connait par cœur, mais très utile de trouver l’inconnu, la nouvelle perspective, les sentiments sous-jacents. C’est-à-dire de me placer dans une position de curiosité sans jugement.


4. Comment distingues-tu le vrai du faux ? (Une personne coachée qui cache sciemment ou non la vérité, une autre qui invoque des contre-vérités, etc.) 

A ce titre, je ne raisonne pas en matière de VRAI / FAUX ou BIEN/MAL. Les faits sont des faits, les ressentis sont vrais puisque perçus comme tels. Ce qui pourrait être « faux » ce sont les croyances limitantes, une vision erronée d’une situation. Tout le travail consiste donc à écouter, non pas si une personne est sincère ou si elle ment - pourquoi mentirait-elle puisque je ne juge pas ? Car elle se ment à elle-même - mais bien plutôt QUI parle dans la personne, et d’où ça vient ? Ecouter et entendre si quelqu’un parle de l’intérieur de soi, ou répète des idées reçues et opinions préconçues, plutôt que de poser sa parole personnelle, imparfaite, en chemin. C’est là que le travail de transformation peut commencer, dans la parole balbutiante sur soi. Un facteur qui facilite grandement la confiance, c’est que je partage moi aussi mes questions, mes doutes, mes ressentis, que nous soyons égaux en humanité. Car une chose est certaine : pour pouvoir changer, une personne doit d’abord être sincère et honnête avec elle-même…


Article rédigé par Ramy Bouzouita, co-fondateur de BCC

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Ou les bases pour aborder en toute sérénité un projet en IoT À l’instar de la monnaie dématérialisée (comme le Bitcoin), les objets connectés feraient partie de cette « révolution numérique » initiée il y a une vingtaine d’années et bouleversant à jamais nos sociétés occidentalisées. Que ce soit les objets physiques ou les services associés, leurs utilisations sont trop souvent conjuguées au futur et leurs impacts fantasmés par nos concitoyens.  Il serait néanmoins mensonger d’affirmer que ces objets n’ont aucun impact sur nos vies (professionnelles et privées), les modèles économiques classiques sont remis en question et les chaînes de valeur en pleine mutation.  Cet article vous rend compte d’éléments de compréhension de premier plan pour le grand public et les professionnels de tous secteurs en s’inscrivant dans une série d’articles courts de vulgarisation sur les objets connectés et leurs différents champs d’application. Notre premier article de la série s’intéresse aux bases de l’

L'humain au centre des transformations agiles des organisations

Les transformations agiles passent aussi par l'humain   L'agilité, dont on ne cesse plus de parler aujourd'hui dans les entreprises ne se résume pas à une méthodologie et à un cadre de travail pour le développement de produits informatiques. Cela constitue un mindset que les organisations veulent adopter à tous les niveaux, au service de la création de valeur et de la capacité à réagir face à un environnement mouvant. De nombreux modèles dont les plus connus sont SAFE et Spotify ( voir article comparatif ) proposent un cadre méthodologique permettant d'organiser toute l'entreprise selon des préceptes inspirés du légendaire manifeste . Il ne faut absolument pas sous estimer l'ampleur du Changement que représente une transformation agile. Lorsque l'on parle de « Transformation », on ne parle évidemment pas uniquement de mettre en œuvre des méthodes agiles au niveau d'une équipe de développement voir même au niveau de plusieurs équipes. Cela constitue une v